Vu : Ready Player One

ready-player-one-affiche-france

Le retour du grand Spielberg ? Je sais pas. Mais en tout cas, c’était vraiment cool !

Il y a un petit moment déjà, au cinéma, je suis allé voir Ready Player One de Steven Spielberg et, quoi qu’un peu déçu, je dois avouer ce que c’est un film qui m’a vraiment beaucoup plu.

Bon, c’est vrai, j’en attendais beaucoup de ce film. C’était le film que j’attendais le plus de l’année d’ailleurs. Loin devant Solo ou Infinity War ou même tout le reste en fait. Spielberg est un réalisateur que j’adore, même si sa grande époque est un peu passée, c’est vrai, et cela faisait longtemps qu’il ne s’était adonné à un film de cette ampleur, avec un sujet aussi grandiose que les films qui ont fait son succès à l’origine. Et du coup, j’étais très curieux de voir s’il allait pouvoir revenir en force et nous offrir une fois de plus ce spectacle génial qui m’a tellement manqué.

Verdict ?

Hum… Pas tellement finalement.

Au cas où vous ne le savez pas, Ready Player One raconte l’histoire d’un futur où quasiment tout le monde joue à un jeu de réalité virtuelle, un genre de MMO idéalisé. Et naturellement, ce jeu représente une fortune colossale. Son créateur est mort sans héritier et a donc laissé, dans le jeu, une chasse au trésor spéciale : le premier arrivé au trésor hérite des droits de propriété du jeu. Bref, devient l’homme le plus riche du monde. Sauf qu’évidemment, des années plus tard, personne n’a jamais trouvé le trésor.

Jusqu’à l’arrivée du héros qui, en bon passionné, va finir par trouver la solution et entrainer ses amis avec lui dans une course contre la montre, car une entreprise maléfique est sur leurs traces et essaie aussi de récupérer le trésor.

Bref, un concept relativement chouette qui promettait d’explorer cette dualité entre le monde réel et la réalité virtuelle, avec une promesse d’aventure rocambolesque hors du commun, d’héroïsme, d’épique tout le tralala… Sauf que voilà, le film ne tient pas toutes ces promesses.

Tout d’abord, il y a un échec relativement cuisant au niveau du traitement des deux mondes… le rapport entre les deux n’est quasiment pas traité du tout. En fait, il est davantage traité dans les cinq premières minutes d’introduction que dans tout le reste du film. Et tout ce qui peut être cliché l’est royalement. Notamment au niveau des personnages secondaires… dont rares sont ceux qui sont réellement développés. Je trouve aussi que Spielberg ne passe pas assez de temps à explorer les possibilités de son monde et à nous faire rêver sur celui-ci… Dommage dans la mesure où j’ai vu Virtual Revolution il y a deux ans qui, malgré ses maigres moyens, traitait infiniment mieux le sujet…

Autre souci, ces constantes références à toute la culture pop. Alors, attention, c’est le principe du film et je ne suis pas en train de dire que c’est gênant. Le problème que, visiblement, la culture pop s’est arrêté en 2010… voire même avant. Mais aussi que ces références sont malheureusement limités par les références dont Spielberg pouvait disposer légalement. Résultat, exit Nintendo, exit Star Wars, exit le MCU etc, etc. Et ce sont tout de même de très gros morceaux.

Il y a un autre problème dans le film : la voix-off. Elle est juste inutile et horrible. Elle n’a aucun style, aucune forme, aucun intérêt, ne fait que décrire ce qui est évident ou balancer des platitudes (c’est celle du héros…). Elle en devient carrément gênante en fait.

Il y a aussi un souci au niveau de l’univers et de certaines choses qui ont été rajoutées, mais qui ne servent à rien. Comme par exemple… la résistance. Elle apparaît, on ne sait pas ce qu’elle représente pourquoi, comment, et hop, elle disparaît…

Et puis, enfin, malgré toute sa bonne volonté, Spielberg ne s’est pas débarrassé de son côté sentimalo-mièvre et ça nous donne donc une fin avec un petit discours moralisateur tellement ridicule qu’il en perd toute crédibilité. Sincèrement, il fallait l’oser…

Donc oui, ça fait vraiment pas mal de choses à reprocher à Ready Player One. Et pourtant, pour tout le reste, c’est un film vraiment très, très cool. Il est épique à souhait, il est super bien filmé, les références qu’il utilise sont vraiment bien gérées, bien utilisées et donneraient presque envie de participer au jeu… En bref, c’est un film cool, grandiose, comme on en fait plus depuis longtemps. Et franchement, malgré ses défauts, j’ai passé un vrai super moment !

Toute la partie sur The Shinning est vraiment bien menée et joue avec les références culturelles à merveille. Il y a de superbes idées de mise en scène. L’ensemble à une gueule incroyable. Et franchement, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un film de cette ampleur ! Alors vraiment, je pense que c’est un film que je reverrai avec plaisir.

Mais malheureusement, ses défauts sont trop nombreux et trop important pour être ignorés et pour me transporter totalement. Et du coup, là encore, je reste un peu sur ma faim. C’était chouette, mais ça ne m’a autant transporté que ça aurait dû et je l’avoue, du coup, je suis déçu. J’en attendais plus… Je suis en manque de film de grande ampleur…

Publicités

Une réflexion sur “Vu : Ready Player One

  1. Pingback: Top 10 des meilleurs films de 2018 | Story Teller

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s