Vu : Un Raccourci dans le Temps

un raccourci dans le temps

Là, vraiment, je ne vois pas l’intérêt de ce film…

Il y a quelque temps déjà, au cinéma, je suis allé voir Un Raccourci dans le temps de Ava DuVernay et je vais être cash : le film est tout simplement mauvais.

Ce film est très étonnant à bien des égards. Jusqu’à présent, Disney nous avait plutôt habitué à une certaine qualité depuis quelques années et c’était donc avec une certaine curiosité que je suis allé voir ce film. Malheureusement, le résultat n’est tellement pas au rendez-vous que j’ai en réalité l’impression d’avoir vu une pale tentative de copie de Disney qui disposait de budget pour ses effets spéciaux. Il y a tellement d’erreurs dans le film que j’ai vraiment du mal à savoir par où commencer.

Tout d’abord, sachez-le, Un Raccourci dans le temps est un film pour enfant. Mais vraiment pour enfant. Contrairement aux autres films Disney qui s’évertuent toujours à offrir des dimensions intéressantes à toute la famille, ce film-là ne cherche à parler qu’aux enfants et à personne d’autre. Tout dans les personnages, leur façon de réagir, le thème de l’histoire ou encore l’univers ne peut vraiment parler qu’aux enfants. N’importe quel adulte, même avec un certain penchant pour les enfantillages, comme ça peut être mon cas, se retrouvera déconcerté par l’absence de recherche de crédibilité du film.

Et pourtant, c’est un film pour enfant qui passe son temps à faire appel à des concepts de physique théorique de haut niveau… Cherchez l’erreur. Je ne vois franchement pas ce que les enfants peuvent comprendre dans ce film. Comme voulez-vous qu’ils s’identifient à des personnages qui leur parlent d’intrication quantique, de théorie des cordes etc. Mais allons plus loin dans le problème : Un Raccourci Dans Le Temps ne se contente pas de parler de physique théorique à des enfants, le film y ajoute une dimension de mièvrerie à vomir ! Le film met en fait au même niveau des théories scientifiques extrêmement complexes et le fait que l’amour est plus fort que tout, par exemple. Et du coup, ça crée un décalage auquel je ne crois pas une seule seconde.

Pour prendre un exemple, les personnages voyagent grâce à ce fameux raccourci dont parle le titre. L’idée est qu’un scientifique aurait découvert qu’on a simplement besoin de se brancher sur la bonne fréquence pour créer une sorte de passage entre un point A et un point B quelle que soit la distance qui les sépare dans l’univers. Et hop ! On voyage. Pourquoi pas, tout cela est très science-fiction et j’ai vu bien pire comme explication. Le problème ? C’est que la fréquence en question, c’est évidemment l’amour ! Parce que l’amour est une fréquence, c’est bien connu. Et puis finalement, le film finit par nous expliquer qu’il faut combattre le mal en lavant le cœur des gens et… Quoi ?

Non, sérieusement, ce mélange de science très réelle et de magie des sentiments mièvre ne fonctionne pas du tout. Et ce n’est même pas le seul souci du film.

Si vous voulez tout savoir, l’histoire traite donc d’une gamine, dont le père, scientifique qui propose la théorie dont j’ai parlé, a disparu on ne sait trop comment. Depuis la disparition de celui-ci, elle ne travaille plus vraiment en cours alors que c’est une surdouée. Et ses problèmes sont d’autant plus importants que son petit frère (adopté juste avant la disparition du père) est lui-même surdoué et marginal et qu’elle doit donc s’en occuper.

Jusqu’au jour où débarque des genres de fées cosmiques (vraiment, je ne vois pas trop ce que ça peut être d’autre) qui portent des noms ridicules uniquement pour pouvoir faire des jeux de mots stupides et pas drôles. Ces fées lui expliquent alors qu’elles ont suivi la piste d’un message envoyé vers elle, probablement émis par son père et qu’en remontant celui-ci dans l’autre sens, elle pourra le retrouver. Notre héroïne part donc à l’aventure, accompagné de son petit frère et d’un pote amoureux d’elle, poussé à les rejoindre par la destinée (comprendre : les scénaristes) parce que, je cite, ses talents de diplomatie leur seront utiles.

Bonne nouvelle, elle finit par retrouver son père, résister aux mauvaises ondes qui menacent de détruire l’univers et son copain ne sert finalement à rien du tout… Mais vraiment à rien, je ne comprends toujours pas pourquoi ils l’ont embarqué avec eux à part pour donner la réplique à l’héroïne dans une scène ou deux.

Les personnages des fées s’avèrent parfaitement inconsistants, tout comme la plupart des personnages qu’ils croisent au cours de leur périple. Les aventures traversées n’ont d’ailleurs pas plus de lien entre elles que ça et ne mettent pas réellement à l’épreuve les enfants sur leurs défauts par exemple. On pourra d’ailleurs aussi remarquer qu’un personnage hyper intéressant, la gamine qui harcèle l’héroïne à l’école et qui aurait eu le plus à apprendre de ce voyage, n’y participe tout simplement pas.

Mais bon, de toute manière, dans cet océan de bons sentiments pris au pied de la lettre, quelle importance ?

Bref, ce film n’est vraiment pas bon et je ne vois même pas quel intérêt il peut avoir pour son public cible : les enfants. Je ne le recommande en aucun cas et je vous conseillerai même plutôt de fuir le film à tout prix.

Publicités

3 réflexions sur “Vu : Un Raccourci dans le Temps

  1. Pingback: Top 10 des meilleurs films de 2018 | Story Teller

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s