VU : Le 15h17 pour Paris

le_15h17_pour_paris_affiche-film

Je crois que j’ai encore jamais vu de film avec des personnages aussi plats et inconsistants… et c’est d’autant plus dérangeant de savoir que ce sont de réelles personnes.

Il y a quelques temps, au cinéma, je suis allé voir Le 15h17 Pour Paris de Clint Eastwood et vraiment c’était nul.

Déjà, à la base, j’étais mitigé par rapport au projet. L’idée de faire un film sur un attentat si récent, c’est toujours un peu délicat, mais le film Vol 93 est génial, alors pourquoi pas ? L’idée de reprendre les véritables personnes impliquées pour jouer les héros de l’histoire était par contre beaucoup plus glauque… mais après tout, Vol 93 l’avait fait aussi, dans une moindre mesure cela-dit. Et puis, c’est Clint Eastwood à la barre. Un réalisateur que j’adore (même si je n’ai pas trop aimé son dernier film American Sniper). Donc je ne savais pas trop quoi en penser et puis on m’a invité à aller le voir, alors j’y suis allé.

Et finalement, mes pires craintes ne se sont pas réalisées. Non, le film n’est pas glauque et étrange à cause de son sujet ou des acteurs principaux à qui l’on a demandé de revivre leur drame. Non, le film est juste nul parce qu’on a oublié un élément essentiel dans le processus de fabrication : raconter une histoire.

Sérieusement, je ne vois pas comment le dire autrement. Je crois d’ailleurs que mon appréciation du film est d’autant plus critique que je suis moi-même auteur et que je peux justement m’imaginer dans la façon dont moi-même j’aurais raconté cette histoire. Je peux voir tout le potentiel narratif qu’il y avait dans ce récit et je ne peux donc qu’être encore plus déçu par ce que j’ai finalement vu.

Et je pense que la première erreur de Clint Eastwood a justement été de choisir, pour acteurs principaux, les véritables personnes ayant vécu l’événement. Parce qu’à mon avis, c’est ça qu’il a totalement bloqué : il a soudain voulu coller à la réalité. Il n’a mis aucune scène qui aurait pu déranger ses acteurs, n’a pas proposé de vision particulière de leur relation qui, du coup, est bien trop idyllique et pas réaliste une seule seconde. Les personnages ne sont à aucun moment mis à nus, ils n’ont quasiment pas d’état d’âme et on se contente de les présenter tels qu’ils apparaissent au monde et non tels qu’ils sont réellement au fond d’eux-mêmes. Résultat, ils sont parfaitement plats et sans intérêt.

Parce que oui, ce qui rend un personnage intéressant, c’est lorsqu’il nous surprend, lorsqu’il dévoile des choses que l’on ne soupçonnait pas sur lui, lorsqu’il revêt soudain une dimension toute nouvelle à nos yeux. Ce qui nous permet d’avoir de l’empathie pour un personnage, c’est de voir ses défauts et les conséquences que ça a sur ses objectifs et la réalisation de ses rêves, de le voir souffrir en fait. Et du coup, dans Le 15h17 Pour Paris, puisqu’on a probablement voulu froisser personne en explorant trop profondément ces personnages, et bien on n’a pas tout ça. Et les personnages en deviennent aussi plats qu’inintéressants.

Alors oui, l’un des trois protagonistes, celui qu’on suit le plus, a une histoire qui vaut effectivement le détour. Il a galéré toute sa vie et n’a jamais pu réaliser son rêve d’entrer dans tel ou tel corps d’armée. De fait, systématiquement recalé, il n’a jamais brillé et s’est toujours retrouvé avec des affectations minables. Et du coup, cet exploit, ce jour où, en fait, il a pris les choses en main et prouvé au monde qu’il était capable de sauver des vies peut sonner comme un accomplissement. Il y avait là une belle histoire à raconter, un beau récit, un beau parcours personnel.

Mais non.

La réalité, c’est qu’on ne le montre pas être si déçu que ça de ses affectations. Les autres n’ont quasiment aucune histoire à raconter. Et finalement tout cela n’a pas d’importance car près de la moitié du film est consacré à la partie la plus inintéressante de leur vie : leurs vacances en Europe.

Oui, vraiment, la moitié du film consiste à suivre trois personnages en train de prendre des selfies devant des monuments Européens et à échanger les dialogues les moins profonds de l’univers. Et la moitié d’un film, c’est très long. Vraiment très long.

Franchement, je ne m’explique pas comment un cinéaste de la trempe de Clint Eastwood a pu penser une seule seconde que ce serait intéressant de centrer le film autour de ce voyage en Europe qui n’apporte rien, mais rien du tout. Sur le plan narratif, c’est un vide total qui s’installe. C’est inadmissible. Aucune évolution de personnages, aucune action qui vaille la peine, rien. On rencontre quelques personnages qu’ils ont croisés et qui ne servent absolument à rien. Ce voyage ne leur apprend même pas des trucs qui pourraient leur être utile pendant l’attentat, non rien.

Et pire encore, ils passent leur temps à se demander s’ils iront finalement à Paris, parce que tout le monde leur déconseille d’y aller. Sans déconner, on sait bien qu’ils vont y aller. Même si on était pas au courant de pourquoi on raconte leur histoire, c’est le titre du film !

Bref, je suis désolé, mais Le 15h17 pour Paris est un mauvais film. Il est mal écrit parce qu’on ne s’est pas donné la peine de respecter des règles de base dans la narration et que, du coup, il devient juste chiant et n’a plus la moindre profondeur. Le pire étant bien sûr qu’il y avait une vraie belle histoire à raconter quelque part, mais que Clint Eastwood est passé à côté de celle-ci, totalement. Franchement, je suis dégoûté.

Alors non, je ne vous conseille absolument pas d’aller voir ce film. Ce n’est pas qu’il est gênant de par la démarche artistique qu’il propose ou le sujet qu’il traite… c’est qu’il est nul, vraiment nul, tout simplement.

Publicités

Une réflexion sur “VU : Le 15h17 pour Paris

  1. Pingback: Top 10 des meilleurs films de 2018 | Story Teller

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s