Vu : The Greatest Showman

greatest_showman

Diable ! J’adore les comédies musicales !

Voilà, il y a quelques temps, au cinéma, je suis allé voir The Greatest Showman de Michael Gracey et j’ai tout simplement adoré.

C’est fou comme les comédies musicales foutent le peps, vous donnent de l’énergie et de puissantes émotions. Je suis sorti de cette salle avec une énergie folle, une envie de chanter, de danser et d’écrire une comédie musicale. Comme j’étais en train de travailler sur un projet de comédie romantique à ce moment-là, je me suis même dit que j’allais en faire une comédie musicale pour le coup… Bon, finalement, je suis un peu redescendu sur Terre depuis, mais quand même !

Je crois que c’est les chansons. C’est de la triche. C’est presque trop facile de faire passer des émotions dans ces conditions. Hop, trois quatre chansons et c’est bon, on est captivé, entrainé dans l’histoire. C’est magique pas vrai ?

Quoi qu’il en soit, soyez-en assuré, The Greatest Showman est une excellente comédie musicale et contient une flopée de séquences musicales particulièrement réussies. Toutes les chansons, je crois, valent le détour et s’en serait presque le problème à vrai dire : elles sont toutes tellement entraînantes qu’on a du mal à les démarquer les unes des autres. Peut-être qu’il y aurait quelque chose à dire de ce côté-là, mais très honnêtement, je ne vais pas reprocher au film d’avoir un surplus de qualité à ce niveau.

The Greatest Showman raconte l’histoire (plus ou moins vraie) d’un maître du spectacle qui s’est rendu célèbre en organisant un show en embauchant exclusivement des « monstres », des « freaks ». L’idée était de faire scandale pour attirer encore plus de monde et ça a fonctionné. On le suit alors depuis l’enfance, quand il se rêve showman et qu’il tombe amoureux de la fille du riche New-Yorkais qui emploie son père. A partir de là, il va lui arriver mille aventures qui le mèneront petit à petit à se marier avec la femme de ses rêves, à monter son spectacle et à grimper dans les strates de la haute bourgeoisie américaine.

Et le film fonctionne, encore une fois, de par la simplicité de son histoire. Le personnage principal est un jeune rêveur qui n’a pour lui que ses rêves, qui commence au fond du trou et qui, par la force de son ambition et de sa seule volonté, finit par renverser tous les obstacles et devenir celui dont il a toujours rêvé. Ça marche bêtement parce que nous-mêmes, qui avons toujours l’impression d’être au fond du trou, rêvons finalement nous aussi de tout réussir à la seule force de notre courage. Des fois, il ne faut pas chercher plus loin, les histoires les plus simples sont les meilleures.

Et ça fonctionne aussi par la communauté qu’il arrive à créer avec sa famille et ses employés, qui finit par constituer un groupe auquel nous aimerions tous appartenir, aussi indivisible que sympathique. Ça marche parce que les histoires d’amour sont belles, qu’elles ne sont pas toujours faciles et qu’on a envie de les voir réussir. Mais ça fonctionne aussi surtout parce que le personnage principal est un véritable magicien, qui ose tout et est capable de nous surprendre quasiment dans chaque scène en allant toujours plus loin dans le scandale qu’il veut créer.

Et puis, bien sûr, il y a les chansons.

En bref, The Greatest Showman, c’est une histoire simple, efficace, qu’on a vu cent fois et qui, pourtant, nous interpelle toujours autant… Et mon seul véritable regret, c’est qu’ils se soient finalement un peu perdus en créant des rebondissements qui n’avaient pas lieu d’être.

Je m’explique. Le film est très bon, mais à un moment, le personnage fait un choix qui, à mon avis, n’avait pas lieu d’être. Je parle bien entendu de la scène où il referme la porte. Je trouve que ce choix sonne faux, qu’il ne correspond pas au personnage qui, justement, est habitué au scandale et cherche toujours à le provoquer. Pour moi, ce revirement n’a qu’une seule explication logique : les scénaristes voulaient qu’ils y aient un moment de doute et de mauvais choix, histoire de créer une phase plus « sombre » dans le film, afin de créer une réconciliation finale. Mais du coup, l’ensemble a beau fonctionner, pour moi, il sonne un peu « artificiel ».

A mon avis, le film ne s’est pas fait assez confiance ou peut-être ont-ils trop voulu coller à une réalité qu’ils avaient déjà complètement transformée, je ne sais pas. Mais quoi qu’il en soit, la phase plus sombre aurait pu être que le personnage finisse par créer le scandale de trop et non qu’il tourne le dos à ses proches sans raison valable. Cela aurait amené à la même conclusion, sans avoir ce moment un peu gênant ou nous autres spectateurs savons pertinemment que notre héros adoré fait n’importe quoi, ce moment où nous n’attendons en fait qu’une chose : qu’il revienne à la raison.

C’est pour moi le plus gros défaut du film, mais il ne l’empêche pas non plus de fonctionner et d’être excellent.

The Greatest Showman est donc un film que je vous recommande chaudement. Vous y trouverez même un Zac Efron étonnement bon. Le seul autre petit défaut que j’ai remarqué, c’est la façon dont démarrent les chansons. A chaque fois que l’une d’elle commençait, j’avais un petit sursaut de « quoi ? pardon ? ». En fait, elles démarrent un peu toutes à l’improviste, au milieu d’une phrase, le personnage se met soudain à chanter sans raison apparente. Heureusement, la musique derrière est suffisamment entraînante pour qu’on oublie vite la sensation de malaise, mais je pense qu’ils auraient facilement pu corriger le problème.

Dans la plupart des comédies musicales, les chansons sont annoncées d’une manière ou d’une autre et créent des moments un peu à part par rapport aux dialogues, ce qui permet de mieux apprécier la transition je pense. A mon avis, The Greatest Showman aurait pu faire de même afin d’éviter cet inconfort inutile : car je n’étais pas le seul à réagir comme ça dans la salle, c’est un peu dommage.

Quoi qu’il en soit, si vous ne l’avez pas vu, et que vous aimez les comédies musicales, vous pouvez foncer dans les salles avant que le film ne disparaisse totalement : vous ne serez pas déçus.

Publicités

Une réflexion sur “Vu : The Greatest Showman

  1. Pingback: Top 10 des meilleurs films de 2018 | Story Teller

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s