Vu : La Momie

La_Momie

Bonjour, bonjour !

Mercredi dernier, au cinéma, je suis allé voir La Momie de Alex Kurtzman et, très honnêtement, c’est bien mieux que ce à quoi je ne m’attendais ; en fait, c’est même un bon, voire très bon film à mon avis.

Je vous l’avoue, au départ, je ne m’attendais vraiment pas à quelque chose de très intéressant avec ce film. Les bandes annonces, le titre, le casting, tout laissait supposer que La Momie serait en réalité un blockbuster lambda, plat et sans âme. Il faut bien le dire, reprendre le concept d’un film qui frôlait déjà la série B, avec Tom Cruise dans le rôle principal, ça ne vendait pas quelque chose de réellement novateur. Je m’attendais globalement soit à un film raté, avec une histoire plate au possible, peut-être même des incohérences grosses comme des maisons ou on nous survendrait des scènes d’actions mal rythmées… Ou alors, au mieux, à un film qui n’hésiterait pas à rire de sa propre facilité, en jouant sur l’autodérision pour faire passer la pilule.

Et bien non, détrompez-vous, ce n’est ni l’un ni l’autre. Pour commencer, le film se prend au sérieux et offre donc une histoire qui n’essaie pas de se ridiculiser elle-même, mais bien de nous plonger dans son univers fantastique. Et plus encore, il le fait très bien puisque, justement, j’ai été moi-même captivé par cette histoire.

La Momie, c’est donc l’histoire d’une momie qui revient à la vie et fout la merde. En gros. Pour être plus précis, c’est l’histoire d’une sorcière égyptienne que l’on a momifiée vivante pour la punir de ses crimes. Elle reste enfermée dans sa prison pendant des milliers d’années jusqu’à ce que Nick (Tom Cruise), un pilleur d’antiquité qui profite de la guerre contre Daesh pour revendre ses trouvailles au marché noir ni vu ni connu, accompagné d’une archéologue, décident que c’est une bonne idée que de sortir le sarcophage de sa cage. Et à partir de là, libérée, la Momie va essayer d’accomplir un rituel qu’elle n’avait pas eu le temps d’accomplir avant d’être momifiée et qui consiste globalement à donner un corps humain à Seth, le dieu du mal (ce qui, globalement, est pas tip top pour l’humanité). Du coup, Nick et son acolyte vont tenter de l’arrêter.

Je n’en dis pas plus car je ne veux pas vous gâcher certaines surprises, mais je pense que vous avez compris le principe.

La première chose à noter à propos de ce film, c’est qu’il est plutôt bien écrit et surtout, qu’il n’y a pas vraiment d’incohérence majeure. Il se tient d’un bout à l’autre et on comprend parfaitement tout ce qu’il s’y passe, pourquoi les personnages vont là, pourquoi ils font ci ou ça etc. Bref, on ne perd jamais le fil de ce qu’il se passe.

De la même manière, le scénario suit une structure classique en trois actes, mais le fait très bien. Le troisième acte est réellement le plus impressionnant (ce qui n’est pas toujours le cas dans les blockbusters ces derniers temps), on passe par toutes les étapes ordinaires qui sont alors placées exactement au bon endroit. Certes, ça a déjà été vu et revu, mais soyons honnêtes : la structure, surtout lorsqu’elle est bien utilisée, comme ici, est très efficace. C’est donc plutôt un bon point à mon avis.

D’autre part, toute l’histoire est réellement racontée du point de vue de Nick, ce qui renforce beaucoup l’identification (surtout avec un Tom Cruise au top de sa forme). On voit ce qu’il voit, on ressent ce qu’il ressent, on ne le lâche pas d’une semelle. J’ai notamment beaucoup aimé la façon dont été gérées ses « visions » : elles nous donnent réellement l’impression de perdre pied en même temps que lui. Et du coup, on comprend aussi parfaitement ce personnage, on s’attache à lui et on a réellement envie de savoir ce qui va lui arriver, comment il va s’en sortir.

Mais allons plus loin, pour renforcer d’autant plus cette identification, les scénaristes ont donné à Nick un enjeu très personnel pour vaincre la momie : étant celui qui l’a libérée de ses chaînes, la malédiction qui la frappe s’étend aussi à lui. Son parcours n’est donc pas seulement de sauver le monde, mais bien de tout faire pour survivre en se libérant de la malédiction qui le frappe. Ce double enjeu est un bon moyen de renforcer notre attachement au personnage et de créer de véritables dilemmes : se choisira-t-il lui, ou préféra-t-il se sacrifier au nom de l’humanité ?

Enfin, un autre point très positif : c’est le travail qui a été fait autour de la méchante. Je la trouve réellement réussie. Le film se permet à la fois de la rendre dangereuse et inquiétante, tout en nous permettant d’être touchés par ce qui lui arrive. Et cela s’explique assez simplement.

En réalité, les scénaristes du film lui ont donné un véritable background, une histoire assez complète qui justifie parfaitement qu’elle soit passée du côté obscur. Ainsi, la Momie était autrefois une princesse égyptienne, destinée à hériter du trône, mais qui a été écartée du pouvoir par la naissance d’un petit frère. Immédiatement, on nous place donc face à l’injustice qui l’a frappée, on nous fait ressentir la traîtrise qu’elle ressent à avoir été élevée pour régner puis à se voir refuser le trône simplement parce qu’elle est née femme. Et du coup, on ne peut que comprendre lorsqu’elle se tourne vers les forces obscures pour reprendre ce qui lui revenait de droit. Cela nous permet ainsi de pouvoir être en partie de son côté.

Ensuite, les créateurs du film ont aussi clairement défini l’étendue de son pouvoir. On sait très rapidement de quoi elle est capable, ce qui la rend particulièrement dangereuse, mais aussi quoi elle n’est pas capable et même de ce qui la rend vulnérable. Du coup, on se retrouve bien avec un personnage qui est un formidable antagoniste, très difficile a vaincre, mais dont on sait les faiblesses, ce qui rend possible la victoire et permet même aux scénaristes de la placer, à certains moments, en position de victime et de créer à nouveau une certaine empathie pour elle.

La combinaison de ces éléments fait d’elle un très bon antagoniste. Autant de détails dont un grand nombre de films aujourd’hui, oublient de se préoccuper. Prenez par exemple La Vengeance de Salazar qui ne répond à aucune de ces exigences de qualité.

Attention cependant, je ne suis pas du tout en train de dire que c’est un film magnifique qu’il faut absolument aller voir au plus vite. Entendons-nous bien, La Momie est un blockbuster commercial, et cela s’accompagne d’ailleurs de certains défauts un peu ennuyeux.

Tout d’abord, le premier point, c’est la tendance à vouloir tout surexpliquer. Par exemple, le film commence plus ou moins sur une séquence de voix off de Russel Crowe, qui nous explique très clairement la vie de la Momie avant qu’elle ne soit momifiée. Personnellement, j’aurais trouvé beaucoup plus intéressant que les personnages découvre tout cela petit à petit, au fur et à mesure que le film avançait. Et c’est un problème un peu général, que l’on retrouve d’ailleurs dans beaucoup d’autres blockbusters, même s’il est vraiment plus développé dans ce film-ci.

Ensuite, je trouve l’histoire d’amour entre Tom Cruise et l’archéologue peu réussie, voire peu crédible. Le duo en lui-même a une bonne mécanique, à moitié conflictuelle, à moitié coordonnée. Néanmoins, il n’y a pas non plus de quoi nous faire croire à des sentiments bien réels entre eux. Au contraire, je pense que le film aurait dû se contenter d’en faire des amis. Leur lien aurait été beaucoup plus crédible, mais aussi beaucoup plus fort à mon sens. Car à trop essayer de nous faire croire à un amour entre eux, et à vouloir utiliser cet amour comme un élément essentiel du climax, on finit par gâcher un peu l’effet. Puisque l’histoire d’amour ne fonctionne pas, on ne comprend pas tellement pourquoi Tom Cruise fait ce choix à la fin. Alors que, si on s’était contenté d’une amitié assez forte, on aurait pu arriver à la même décision, sans que cela paraisse anormal une seule seconde.

Ensuite, je n’ai pas vraiment aimé tout l’aspect « Dark Universe ». Si vous n’êtes au courant, La Momie est en réalité censé être le premier film d’un nouvel univers cinématographique appartenant à Universal et consacré, globalement, aux monstres tels que Dracula, Frankenstein, Dr Jekyll et autres facéties du genre. Du coup, une partie du film est consacrée à nous présenter une sorte d’agence chargée de chasser ces créatures maléfiques. Et je trouve, personnellement, que ça ne s’inscrit finalement pas tellement dans cette histoire de Momie qui revient d’entre les morts pour accomplir son rituel. Avec cet ajout, je trouve qu’on s’écarte un peu du sujet et moi, je préfère toujours quand les films restent centrés sur leur sujet.

Enfin, dernier point négatif : n’écrivez jamais d’histoire où les morts peuvent revenir à la vie. C’est une règle absolue de l’écriture. La mort est un phénomène absolu dans notre quotidien qui a un impact contre lequel on ne peut rien. Pour que la mort d’un personnage ait un impact dans un récit, il est donc impératif de ne pas déroger à cette règle. Parce qu’à partir du moment où l’on explique au spectateur que, dans l’univers de ce film, on peut revenir à la vie, alors lorsqu’un personnage meurt, il devient impossible de ressentir réellement tout ce que l’on doit ressentir face à un tel phénomène. Tout ce qu’on fait, c’est se demander quand est-ce qu’ils vont ressusciter la personne.

Et si vraiment on veut faire revenir les morts à la vie (ce qui est un peu le principe du film je vous le rappelle), il faut alors l’assumer et rester cohérent : les personnages eux-mêmes savent que la mort n’est pas une fin en soi. Et bien, pour un film qui passe son temps à dire qu’il y a des sorts pires que la mort, c’est quand même très con de tomber ainsi dns le panneau.

Et oui, La Momie a bien tous les défauts que je viens de mentionner et ce ne sont pas des moindres. Ils empêchent réellement l’histoire de décoller complètement et c’est vraiment un problème. En fait, ils rendent presque le scénario, malgré ses bons côtés, malgré ses qualités, peu intéressant en lui-même.

Alors, qu’est-ce qui fait que j’ai autant aimé le film ? Qu’est-ce qui, au final, le rend si bon que je veux vous le recommander ? Et bien c’est la réalisation.

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas l’histoire qui m’a accroché (même si celle-ci fonctionne suffisamment pour ne pas me perdre), c’est la réalisation du film. Je me dois de vous le dire, elle est vraiment superbe. Chaque fois que le film veut me faire rire, il me fait rire, chaque fois qu’il y a une scène de tension, je suis tendu, chaque fois qu’il veut m’impressionner, je suis impressionné etc. Que ce soit les visions, le crash, les combats ou autre : tout est filmé avec un talent incroyable. Je ne suis pas assez expert pour vous dire quelles techniques ont été utilisées, mais je peux vous dire qu’elles fonctionnent très bien.

Si vous allez voir La Momie, plus qu’une histoire intéressante, vous aurez surtout droit à un véritable spectacle de qualité. Un grand nombre de scènes m’ont réellement marqué et je pense sincèrement que ça vaut le détour, surtout si vous aimez comme moi les histoires de ce genre. Alors oui, malgré tous ses défauts et tout ce qu’on a pu en dire, je vous recommande bien d’aller voir La Momie.

Une réflexion sur “Vu : La Momie

  1. Pingback: TOP 10 DES MEILLEURS FILMS DE 2017 | Story Teller

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s